Education et culture

Matière première ? Matière grise !

Neuchâtel, troisième canton exportateur de Suisse, est, plus encore que les autres, dépendant de son savoir-faire. Nos écoles, à tous les niveaux, se doivent de répondre aux attentes fortes de la société neuchâteloise en matière sociale (intégration des étrangers, des personnes en difficulté scolaire), culturelle (le rayonnement de notre canton en dépend), scientifique et économique.

L’appui à la scène culturelle neuchâteloise est nécessaire et cette dernière mérite toute notre attention. Un canton sans culture est un canton mort.

Une école attentive

Les écoles primaires et secondaires forment les citoyens de demain et les guideront vers leurs meilleures compétences. Un accompagnement efficace interdit des effectifs élevés et demande un taux d’encadrement optimal. L’apprentissage de la lecture, clef indispensable pour intégrer pleinement notre société, demeure un point crucial dans lequel l’Etat doit s’investir pleinement. L’orientation des élèves vers les formations dans lesquelles ils révéleront au mieux leurs compétences propres est primordiale : des institutions comme l’OROSP doivent être nettement améliorées. Enfin, si l’école veut jouer son rôle d’intégrateur social, il est indispensable que tous les milieux familiaux y soient représentés, ce que ne permettront jamais les écoles privées, réservées aux seuls nantis.

Des bourses pour l’égalité

Le constat est clair : plus on avance dans sa formation, plus les personnes économiquement fragiles se font rares. Pour pallier cet état de fait, un système de bourses d’études efficace doit être mis en place, dans tous les domaines de formation, afin de permettre à chacun-e de préparer au mieux son arrivée sur le marché du travail.

Des formations au service du canton

Notre canton a la chance d’accueillir plusieurs écoles offrant des formations supérieures de qualité, comme le CPLN, le CIFOM, l’Université, la HE-Arc. Ces écoles, parallèlement aux apprentissages, forment le lien indispensable entre les mondes de la formation et du travail. Le canton produit ses richesses grâce à elles et doit veiller à leur développement et au maintien de leur compétitivité. Les entreprises doivent être incitées à participer et à développer les places d’apprentissage et de stage.

Une culture attractive

La société a besoin d’une culture ambitieuse pour se sentir exister. Si Neuchâtel rayonne grâce à ses musées ou à ses théâtres, des lieux comme l’ABC, le Bikini Test ou la Case à Chocs restent trop souvent en marge des projets de l’Etat. La situation des cinémas n’est pas satisfaisante : les salles indépendantes (ABC, Colisée) manquent complètement de soutien et peinent à vivre face au monopole Epelbaum. Si Neuchâtel veut attirer de nouveaux habitants et améliorer son tissu socioéconomique, il ne pourra se passer d’un tissu culturel dense et attractif.

Positions

En conséquence, les JSN plaident pour :

▪ Une école publique forte, avec un accent particulier sur l’apprentissage de la lecture
▪ La réorganisation de l’OROSP, afin qu’il réponde aux attentes des élèves et de leur famille
▪ La mise en place d’un système de bourses ambitieux, dont le canton tirera parti in fine
▪ Une compétitivité de la recherche accrue dans notre canton, se traduisant notamment par un soutien important à l’Université et à la HE-Arc
▪ Une politique culturelle équitable, aussi axée sur la culture « alternative »
▪ La fin du monopole Epelbaum qui plombe les cinémas neuchâtelois, chaux-de-fonniers et biennois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>