Economie et finances

Depuis toujours, l’économie occupe une place prépondérante dans notre société. En cette époque tourmentée de crise financière et de récession naissante, il est primordial de s’intéresser à ce sujet resté bien trop longtemps tabou dans les partis de gauche. Nous avons choisi d’aborder ici quelques thèmes qui nous tiennent à cœur et qui doivent faire l’objet d’une attention toute particulière, de par leur importance.

Dès 2009, nous voulons aborder les thèmes exposés dans cette rubrique de manière à approfondir la dimension économique chez les JSN. En amenant de nouvelles idées concrètes et constructives, nous démontrerons la capacité de notre parti à trouver des solutions pertinentes aux problèmes économiques de notre société. Aucune raison ne justifie en effet qu’un domaine si important reste la chasse gardée des partis bourgeois, d’autant plus lorsque l’on constate les effets catastrophiques de leur politique néolibérale. Nous sommes ainsi convaincus que l’économie doit être abordée dans une optique d’intérêt général de la société plutôt que de recherche effrénée du profit individuel.

Dysfonctionnements du système financier

Ce thème est au centre de toutes les préoccupations et alimentera certainement les débats au cours des mois à venir. L’importance de la Suisse au sein du système financier international nous contraint à assumer un rôle dans la crise actuelle. Au vu de la situation critique d’UBS et, dans une moindre mesure, de celle du Crédit Suisse, il nous est indispensable de nous tenir informer des interventions de la Confédération et du contexte financier dans son ensemble. Il nous incombe également de mener une réflexion quant aux failles du système qui ont permis une pareille débâcle et aux points d’amélioration pour notre pays.

Nous trouvons tout à fait inadmissible que de grands patrons, portant une part importante de responsabilité dans cette situation, obtiennent des bonus totalement disproportionnés. Nous remettons également en cause le système de contrôle de l’Etat qui n’a pas suffisamment d’influence sur les multinationales et encore moins les moyens nécessaires au contrôle de celles-ci.

Chômage et emploi

A l’origine du combat social de notre parti, l’emploi est à nouveau en danger. Le chômage est reparti à la hausse et son ascension devrait être encore alimentée par la récession déjà amorcée.

Trouver des solutions à ce problème qui touche à l’heure actuelle 2.4% de la population active suisse (le SECO prévoit une hausse de 1% à court/moyen terme) et 3.2% des travailleurs de notre canton fait partie de nos projets centraux. Force est de constater que des améliorations en matière de prévention du chômage et de replacement des personnes sans emploi sont nécessaires. Il est également urgent de mettre en place des mesures pour améliorer l’adéquation entre l’offre et la demande en matière d’emploi afin d’éviter le chômage structurel.

Nous tenons donc à nous battre pour endiguer la hausse du chômage dans notre canton et pour améliorer l’aide aux personnes à la recherche d’un emploi.

Pouvoir d’achat

L’érosion du pouvoir d’achat ces dernières années, souvent liée à la non-indexation des salaires dans les entreprises privées, provoque de vives réactions auprès des employés. La pauvreté du travailleur n’est plus tolérable dans notre société! Nous revendiquons une justice salariale autant dans le secteur public que dans le privé. Il n’est pas acceptable que ce soit les plus petits salaires qui soient systématiquement péjorés. Nous nous concentrerons sur la recherche de solutions pour lutter contre la baisse du pouvoir d’achat et pour la mise en place d’une alternative à l’indexation dans le secteur privé.

Les JSN s’engagent à soutenir le rééquilibrage entre les working-poor et les working-rich!

Halte aux privatisations (CFF, Poste, électricité)

De nombreuses entreprises publiques suisses à l’excellente réputation ont été privatisées au cours des dernières années. Nous ne pouvons pas nous permettre de sacrifier un service de qualité et un réseau nécessaire aux communications interurbaines dans notre pays sur l’autel du profit. L’Angleterre et les USA ont démontré l’échec de telles politiques. Ces privatisations sont souvent synonymes de licenciements et de baisses de qualité.

Les excédents de revenus de la confédération cette année ce monte à 4.6 milliards de francs; les finances publiques permettent donc d’offrir un service de qualité à des prix abordables. Cette grande qualité contribue à l’image positive de la Suisse à l’étranger et favorise son économie (Swiss Made !).

Par conséquent, nous nous élevons contre les privatisations en masse d’entreprises nécessaires à l’excellence du service public suisse.

Positions

▪ Plus de contrôle envers les multinationales
▪ Bonus des patrons raisonnables et proportionnels aux résultats des entreprises
▪ Endiguement du chômage, incitation des employeurs à engager
▪ Indexation des salaires ou adaptation au coût de la vie
▪ Lutte contre la baisse du pouvoir d’achat
▪ Contre la baisse de qualité du service public dû à la privatisation
▪ Pour des services publics pécuniairement abordables par tout un chacun

Une réponse à Economie et finances

  1. Merci pour cette information intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>