Antoine de Montmollin – candidat au Conseil national

Selon tous les sondages, le Parti Socialiste est jugé par la population suisse comme très crédible sur les questions économiques. Mais que proposons nous vraiment ? A en croire nos prises de position et initiatives récentes, nous avons pris l’habitude de jouer aux pompiers du capitalisme. 1:12, salaire minimum, renforcement de l’AVS…autant de réformes certes nécessaires, mais qui ne remettent pas en cause le fonctionnement même de notre système économique, dans lequel la course au profit au détriment de toutes autres considérations fait loi. Les Jeunes Socialistes vous proposent autre chose.

Les écarts de richesse en Suisse se creusent de jour en jour. A l’heure actuelle, les 2% les plus fortunés de la population détiennent 50% de la richesse globale du pays alors que dans le même temps les différences de revenus s’accroissent rapidement. Ce constat inquiète évidemment la gauche et le Parti Socialiste : comment empêcher une société à deux vitesses de prendre place ? Que faire pour que chacun reçoive un salaire décent avec un emploi stable ? De quelle manière réagir devant la folie de certains managers et de leurs bonus mirobolants ? Nous proposons régulièrement à la population suisse des solutions à ces problèmes qui nous semblent adéquates. Cependant, les jeunes socialiste veulent aller plus loin : changer peu à peu la structure du système économique actuel pour le mettre au service de l’humain. Cela se traduit concrètement par un soutien à la démocratie économique, au monde des coopératives et plus généralement à l’économie sociale et solidaire.

Croire en l’économie sociale et solidaire, c’est penser le monde différemment en oeuvrant à mettre en place une économie basée sur le respect de l’humain et de l’environnement. Il n’est un secret pour personne que la recherche du profit à tout prix conduit très souvent à une détérioration des conditions de travail et a des impacts négatifs sur l’environnement. C’est en encourageant par un cadre légal favorable et des investissements mieux ciblés les entreprises à lucrativité limitée que nous préparons l’économie de l’avenir.

L’économie sociale et solidaire, c’est également le principe de démocratie économique mis en application. En Suisse, nous avons l’habitude de voter sur tout ce qui nous concerne. Si nous voulons plus ou moins d’impôts, une nouvelle route ou encore être dirigé par telle ou telle personne. Pourtant, ce droit s’arrête aux portes des entreprises. La plupart du temps, l’employé ne peut pas participer ou même donner son avis quant aux choix importants faits par sa direction qui vont pourtant l’impacter en premier lieu. Avec les coopératives, ce problème est résolu : chaque travailleur a la possibilité de s’exprimer et d’être entendu. Plus loin, la démocratique économique est également la réalisation d’un idéal de gauche : la fin du rapport employeur-employé et par là même de l’asservissement de l’homme par l’homme.

« Change ce qui te dérange ». Voici le slogan de campagne de la jeunesse socialiste pour ces élections fédérales. Oui, le fonctionnement actuel du système économique nous dérange. Oui, nous voulons le changer en profondeur en nous appuyant sur des volontés individuelles déjà bien présentes au sein de la population. Pour planter dès aujourd’hui les graines d’une société plus juste et durable.

A vos bulletins de vote !

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>