Dépôt de la motion populaire « Pour une meilleure formation citoyenne de la jeunesse »

Les Jeunes Socialistes Neuchâtelois (JSN) ont toujours fait de l’éducation civique une des priorités pour l’augmentation de la participation de la population à la vie politique. Les JSN ont donc déposé leur motion populaire intitulée « pour une meilleure formation civique de la jeunesse ».

Le texte propose l’introduction de cours d’instruction civique aux écoles secondaires II (écoles professionnelles et lycées), sous une forme interactive. Les élèves devraient visiter nos institutions (Grand Conseil, Assemblée Fédérale, tribunal, etc.), débattre des thèmes d’actualité, apprendre le fonctionnement de la vie politique suisse, etc.

Avec ce côté interactif et en mettant les élèves en situation, grâce notamment à des jeux de rôle, ils se sentiront impliqués et comprendront ainsi les enjeux de notre société. Nous donnons une piste à l’Etat de Neuchâtel pour augmenter le taux de participation aux votations, que tout le monde s’accorde à décrire comme extrêmement bas.

Texte de la motion

Conformément aux articles 117a et suivants de la loi cantonale sur les droits politiques du 17 octobre 1984, les citoyennes et les citoyens soussignés, avec les Jeunes socialistes neuchâtelois (JSN), demandent au Grand Conseil d’enjoindre le Conseil d’Etat de lui soumettre un rapport ou un projet visant à la mise en place au niveau du Secondaire 2 (lycées et écoles professionnelles) de cours d’éducation civique portant sur une formation pratique à la citoyenneté par la présentation de débats d’actualité et la découverte des institutions politiques suisses.

MOTIVATION

Si la scolarité obligatoire a pour but premier l’instruction et la formation de chaque jeune, elle comprend également une mission de la plus haute importance dans un pays comme le nôtre : la formation de jeunes citoyens acteurs en devenir de notre démocratie. Actuellement toutefois, cet objectif de premier plan a malheureusement tendance à être négligé et n’est pas rempli. Les cours d’éducation civique (« Monde Contemporain et Citoyenneté ») n’interviennent qu’en dernière année de l’école obligatoire et ne permettent pas aux jeunes d’acquérir une compréhension suffisante du monde politique pour remplir leurs devoirs de citoyens lorsqu’ils auront atteint la majorité. Pour pallier cette lacune dans l’éducation de la jeunesse, les JSN sont d’avis que l’instauration de cours d’éducation civique au-delà de la scolarité obligatoire, en particulier au niveau Secondaire 2 (lycées et écoles professionnelles) serait une mesure adéquate. Afin de présenter une véritable utilité, ces cours d’éducation civique devraient revêtir une forme pratique : par exemple en prévoyant une découverte interactive et participative des institutions politiques suisses, également par l’apprentissage à mener des débats contradictoires sur des sujets d’actualité ainsi que sur les enjeux pesant sur notre planète.

Une meilleure formation citoyenne de la jeunesse par une initiation active et pratique à l’exercice des droits civiques a également pour objectif d’intéresser les citoyens de demain à la chose publique. Il s’agit là d’une intéressante manière de lutter contre le taux d’abstentionnisme régulièrement élevé que connaît notre démocratie helvétique, et qui constitue un affaiblissement de celle-ci. La mauvaise compréhension de notre système politique ou des objets parfois complexes soumis à la votation populaire peut représenter une sérieuse entrave à l’expression citoyenne. En recevant une formation citoyenne minimale lui permettant de saisir les grands enjeux de l’actualité, chaque jeune atteignant la majorité sera à la fois encouragé et en mesure d’aller voter, au lieu de s’abstenir. Par ailleurs, voter de manière réfléchie nécessite une culture politique suffisante, et, le meilleur moyen d’y parvenir est de former véritablement la jeunesse à la citoyenneté. Enfin, cela permettra une réelle prise de conscience du rôle de la jeunesse, tout en contribuant à substituer à l’image « d’ennui » qui pèse sur la politique un véritable et sincère intérêt pour la chose publique, qui n’est définitivement pas uniquement « un truc de vieux ». Chaque jeune se rendra ainsi compte qu’il a un rôle essentiel à jouer pour le futur du monde dans lequel il vit.

Baptiste Hunkeler, Antoine de Montmollin et Jonathan Gretillat

Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>