Le droit de vote à 16 ans: un projet d’avenir!

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté le 28 avril 2010 la motion populaire pour le droit de vote à 16 ans soutenue par les JSN.

De nos jours, dès l’âge de 16 ans, les jeunes sont amenés à prendre des décisions importantes et surtout lourdes de conséquences pour leur avenir : après avoir terminé l’école obligatoire, ils arrivent à une croisée des chemins et doivent prendre leur vie en main. Dans de nombreux domaines, ils endossent leurs premières responsabilités et font face à leurs devoirs, tels que signer certains contrats, obtenir un job, payer des impôts, etc. Pénalement, ils deviennent les égaux des adultes. Les jeunes ont donc des devoirs dans notre société mais dès qu’il s’agit de prendre part aux décisions pour leur avenir, ils n’ont plus aucun droit de participation à la vie de société. L’écart de 2 ans entre l’instruction civique (9ème année d’école obligatoire) suivie sur les bancs d’école et la mise en pratique de cette théorie constitue un second paradoxe.

On parle beaucoup du désintéressement des jeunes pour la chose publique. Il est donc du devoir du monde politique de tout mettre en œuvre pour combattre ce problème. En octroyant le droit de vote aux jeunes dès 16 ans, un signe d’encouragement leur sera envoyé pour qu’ils s’intéressent au monde qui les entoure à travers la politique. Une preuve de l’efficacité de cette solution face à ce problème : le droit de vote octroyé en 1991 aux jeunes dès 18 ans. Le taux de participation des jeunes de 18 à 25 ans entre 1995 et 2007 a passé de 21% à 35% et est en constante augmentation (élection fédérale).
Un autre problème de notre société actuelle est l’intégration des jeunes. Accorder le droit de vote aux jeunes dès 16 ans leur permettrait de se sentir mieux reconnus par le reste de la population dans la vie de l’Etat et politique. Cela permettrait aussi une amélioration de la solidarité intergénérationnelle et instaurerait un dialogue entre les personnes âgées et les jeunes.

Le droit de vote aux jeunes entraînerait un vent de fraîcheur, des nouvelles perspectives d’avenir et une nouvelle énergie dans une politique qui ressort bien trop souvent terne…
A propos de la maturité, plusieurs études confirment que les jeunes, même avant 16 ans, ont la maturité nécessaire pour voter. Pour n’en mentionner qu’une seule : celle d’Olive Stevens qui , dans son livre Children Talking Politics: Political Learning in Childhood , conclut, grâce à son étude, qu’à l’âge de 9 ans, le langage politique peut être considéré comme acquis et qu’à 11 ans, « beaucoup d’enfants ont autant de vocabulaire politique que les adultes peuvent en revendiquer, et leurs idées ont une structure qui, même si elles sont à développer, leur permettra de saisir les faits touchant à l’actualité, de comprendre les principes et les questions politiques et de faire leurs choix lors des general elections ».
« … voteront comme leur famille ou au contraire en opposition primaire». « …ne veulent même pas voter ». « Cette tâche ne fera que les encombrer ». «… sont trop fragiles sur le plan émotif, trop influençables ». « … ne sont pas mûres pour voter ». Ces arguments contre l’élargissement du corps électoral ont été repris… des opposants à l’introduction du suffrage féminin, une étape maintenant incontestée et incontestable. Neuchâtel a été un canton précurseur (le 2ème, en 1959) à avoir introduit le droit de vote pour les femmes. Mais néanmoins très tard d’un point de vue international. Il est temps pour la Suisse de se profiler en pays innovateur, que les autres suivront, plutôt qu’en pays passif !
Dans la convention relative aux droits de l’enfant, approuvée par l’Assemblée fédérale le 13 décembre 1996, l’article 12 stipule bien que « les États parties garantissent à l’enfant qui est capable de discernement le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, les opinions de l’enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité. » La République et canton de Neuchâtel pourrait être fier d’appliquer cet article.

La notion d’ « un homme=une voix », presque jamais contestée, doit être applicable non seulement dans notre canton, mais partout ailleurs. J’invite donc les jeunes et les moins jeunes de tous les horizons à s’unir pour la revendication d’un droit légitime !

Baptiste Hunkeler

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le droit de vote à 16 ans: un projet d’avenir!

  1. JP dit :

    Bonjour je suis JP et je ne veux pas aller voter à 16 ans

  2. delafontaine dit :

    Bonjour mes compatriottes jesper que le droit de vote serra accepter et que nous prendrons de bonne intitions pour le futur ;) bonne soiree

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>